Comprendre à partir de quel hémisphère parle notre client

Ces 3 dernières semaines, j’ai suivi le programme de formation en ligne Advance 2018 de la Fédération Internationale de Coaching pour laquelle Ann Betz, coach PCC était le fil rouge. Ann intervient en tant que consultante en neurosciences à l’Institut de Formation des Coachs aux USA. Voici ce que j’ai retenu de son intervention et qui renforce ma conviction que les outils Points-of-You® sont non seulement puissants mais pertinents.

Pour commencer,  c’est une erreur de vouloir étiqueter les gens par des sentences lapidaires du type : « tu es logique donc cerveau gauche, tu es créatif donc cerveau droit ». Intéressons-nous plutôt à la complémentarité des deux hémisphères en acceptant que chacun « voit » le monde différemment et qu’il est nécessaire de les concilier harmonieusement. Ann nous invite plutôt à retenir pour le moment que le cerveau gauche permet une approche focalisée et « étroite » des situations alors que le cerveau droit adopte une approche plus « globale et ouverte ». (je schématise aussi là, on est d’accord).

Bien entendu, nous avons tous une tendance naturelle à fonctionner à partir de notre cerveau droit ou cerveau gauche, surtout sous pression. Nos clients aussi. Notre travail d’accompagnement est d’aller repérer dans la situation que nous présente notre client, d’où il opère et ce dont il a besoin à un instant t.
Ann parle d’intégration lorsque nous sommes capables de différencier des éléments individuels et uniques – émotions, croyances, valeurs, faits, enjeux, comportements répétitifs, etc – et que nous créons des liens entre eux pour nous aider à décider et agir au mieux. Elle parle d’intégration horizontale pour nos deux hémisphères et d’intégration verticale quand il s’agit de faire fonctionner en complémentarité notre cerveau limbique (arrière) et notre cortex préfrontal (avant).

 

« Nous avons besoin d’avoir un pied dans chaque hémisphère de notre cerveau ». Ann Betz.

 

Passons au cas pratique : votre client appréhende-t-il sa situation de façon rationnelle, froide, par le petit bout de la lorgnette? Est-il dans une forme de rigidité, campé sur des certitudes, voire en jugement de valeur négatif vis-à-vis des autres ? Partant de l’hypothèse qu’il est sans doute « trop » dans son hémisphère gauche, et certainement sous l’emprise de son cerveau limbique, siège des émotions ;  une stratégie de coaching pourra être de l’amener par des questionnements successifs à s’ouvrir et considérer sa situation sous un autre angle en convoquant des compétences de son hémisphère droit comme l’empathie, la prise de recul et les aptitudes de son cortex préfrontal comme l’analyse, le maniement du sens et des valeurs.

On pourra également l’aider à explorer les ressentis que suscitent cette situation et qu’il s’emploie peut-être inconsciemment à éluder – ou pas. Travailler par métaphore, en lui faisant exprimer ressentis, pensées, sensations peut amener à une compréhension plus équilibrée.

C’est ici que les outils Points of You® deviennent très pertinents, notamment avec des clients peu habitués à exprimer ne serait-ce que pour eux-mêmes, les émotions et sensations qui les traversent.

Maintenant, prenons l’exemple d’un client qui traverse une situation chaotique et qui arrive chez vous en grande confusion en restant dans des généralités et exprimant un sentiment de découragement voire de dépression. Il opère sans doute « trop » depuis son hémisphère droit (et est certainement aussi à la merci de son cerveau limbique). Sa difficulté, à ce moment-là, est de se concentrer, de focaliser, de rationaliser. Notre travail en séance de coaching va consister à l’amener petit à petit à « convoquer » son cerveau gauche en faisant appel à ses compétences de structuration, de factualisation, en lui posant des questions qui le ramènent à une réalité tangible et objective. Mais peut-être faudra-t-il passer avant cela par une phase de prise de conscience de ses pensées négatives et de mettre des mots sur les émotions ressenties. Il s’agit comme les chercheuses Susan David et Christina Congleton le disent dans leur article sur l’agilité émotionnelle (HBH Hors série 09/2018) de se « décrocher de l’hameçon » en passant éventuellement par une étape visuelle et lui faire choisir une ou plusieurs cartes décrivant son état. Cela permet de prendre du recul et de rouvrir et diversifier ses choix.

 

Comme dit Ann Betz, nos clients sont à leur maximum lorsqu’ils ont un pied dans chaque hémisphère. Comme dit Pierre Moorkens de l’Institut de Neuro-Cognitivisme INC, il s’agit d’opérer une bascule entre notre cerveau limbique et notre cortex préfrontal lorsque c’est nécessaire.

Pas de généralisations surtout !

D’où l’intérêt d’outils comme les jeux Points of You® dont la juxtaposition d’un visuel et d’un mot permet à nos deux hémisphères et cerveaux arrière et avant de travailler en harmonie.

Publié dans Lectures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *